Actes de délinquance : le silence de la Municipalité est inacceptable

Depuis plusieurs mois chacun peut constater une hausse des actes de délinquance et de criminalité sur notre commune.

Ces derniers jours, plusieurs véhicules ont encore été brulés à la Butte Montceau, rue de la République ou encore à la résidence du Val Vert rue Jacques Durand.

Le trafic de drogue se développe à la vue et au su de tout le monde dans certains quartiers, pourrissant la vie quotidienne des habitants.

A l’évidence, ces faits ne sont pas des fantasmes de l’opposition municipale, ni des actes isolés.

N’en déplaise à Madame Nouhaud et à son équipe, cette délinquance est bien la conséquence de l’absence totale de politique de tranquillité publique. Pire, Madame Nouhaud préfère laisser ces questions sous le tapis pour ne pas être dérangée dans sa campagne d’enfumage pour la Présidence de l’Agglomération.

Les élus d’Avon Autrement sont inquiets de voir des quartiers de la ville changer et sombrer plus encore dans la délinquance.

La mise en place de « citoyens vigilants » anonymes, véritables shérifs de quartier, ne sert à rien. L’installation de la vidéosurveillance de manière découpée à travers la ville non plus.

Pour Avon Autrement, la sécurité des Avonnais ne se divise pas. Elle doit s’appuyer sur les agents de police nationale et municipale qui doivent pouvoir assurer correctement leurs missions.

Ainsi, Avon Autrement réclame notamment :

  • La mise en place d’une politique globale de sécurité à travers la ville après la réalisation d’un audit sécuritaire avec les services de l’Etat,
  • Le soutien aux forces de police municipale leur permettant, par des moyens humains et matériels accrus, d’assurer des rondes nocturnes et diurnes plus nombreuses.

Tribune d’Avon Autrement dans le journal municipal de janvier 2017

Quel manque de discernement !

Bonne année 2017 ! Qu’elle soit riche en réussite et grands bonheurs pour vous et ceux qui vous sont chers. Souhaitons également un changement dans la conduite des affaires municipales et communautaires pour répondre enfin aux préoccupations réelles des Avonnais.

2017 marque aussi la naissance de la Communauté d’Agglomération. A l’heure où nous rédigeons ces lignes, l’élection de la Présidence n’a pas encore eu lieu. Reniant ses engagements sur le non-cumul des mandats, Madame Nouhaud a présenté sa candidature.

Sans aucune vision du territoire communautaire, cette décision n’est guidée que par l’ambition et les règlements de comptes au sein de la droite locale. Les Avonnais n’ont rien à espérer de cette candidature ni des autres déjà déclarées. Pourquoi Madame Nouhaud ne s’engage-t-elle pas davantage dans son mandat de Maire au service des Avonnais avant de briguer d’autres fonctions ?

Depuis 2014, en raison de l’incompétence et du « laisser-faire » de la nouvelle majorité municipale, l’influence d’Avon a reculé. Une candidature désespérée à la Présidence de l’Agglomération ne changera pas cet état de fait. Comme le disait La Bruyère, « après l’esprit de discernement, ce qu’il y a au monde de plus rare, ce sont les diamants et les perles ».

Grand Parquet : la justice donne raison à Dimitri Bandini

tribunal-administratif

La question posée par Dimitri BANDINI au Tribunal administratif de Melun était de savoir quelle qualification juridique était applicable pour les activités du Grand Parquet. Cette qualification juridique déterminant, ensuite, la légalité de la subvention versée par la Communauté de communes.

Malgré la campagne de désinformation de Monsieur Valletoux, le tribunal de la République a clairement tranché sur le fond !

Premièrement, le Grand Parquet doit être considéré comme un service public à caractère industriel et commercial (SPIC)

gp-est-un-spic

 Conséquence : la subvention d’exploitation versée par la Communauté de communes au Grand Parquet est illégale au regard de l’article L2224-2 du Code général des collectivités territoriales.

subvention-illegale-gp

Le Tribunal a donc annulé la délibération octroyant la subvention au Grand Parquet.

dispositif

Rue Jean Fontenelle : la mixité sociale et générationnelle en danger

residence-hlm-rue-jean-fontenelle Les locataires de la résidence HLM rue Jean Fontenelle vont être délogés pour permettre l’agrandissement du foyer-résidence pour personnes âgées. La Ville veut en effet récupérer ces 27 logements sociaux pour agrandir le foyer-résidence.

Ce projet porté par la Municipalité a été décidé en catimini sans aucune consultation des personnes concernées.

Il est vrai que le foyer-résidence est en mauvais état et qu’il est urgent de le rénover et de le moderniser. Pour son équilibre financier, il est aussi nécessaire d’augmenter ses capacités d’accueil.  Mais nous ne comprenons pas que cela se fasse au détriment des locataires de la résidence HLM voisine.

Pourquoi ne pas ajouter un étage au foyer-résidence ? Pourquoi ne pas construire un bâtiment nouveau sur les terrains autour qui appartiennent à la Ville ?

cadastre-fontenelle

Avon Autrement a proposé à la majorité municipale de revoir le projet en ce sens afin de ne pas mettre logement social et foyer pour personnes âgées en concurrence.

En effet, le foyer-résidence pour personnes âgées et la résidence HLM participent pleinement à l’offre sociale et générationnelle de l’habitat dans notre commune. La résidence HLM Jean Fontenelle est par ailleurs un modèle de ce que devrait être le logement social en matière d’intégration urbaine. En particulier dans le Vieil Avon qui compte peu de logements sociaux.

Les élus d’Avon Autrement appellent la Municipalité à trouver une alternative au projet actuel afin de permettre la modernisation du foyer-résidence et la préservation des logements sociaux. Il n’y a en effet aucune raison pour que l’un soit sacrifié au bénéfice de l’autre.

Rapport 2015 sur l’eau : attention aux fuites !

fuite-eau-canalisationLes rapports annuels de gestion de l’eau étaient à l’ordre du jour du Conseil communautaire du 15 septembre 2016.

La Vice-présidente en charge du dossier, Madame Nouhaud, semblait découvrir le sujet et n’a pas été capable de donner des réponses aux interrogations de la minorité.

Quelques chiffres pour illustrer la gestion actuelle de l’eau par Monsieur Valletoux et Madame Nouhaud :

* 58% de fuites en plus en 2015

* 14% de perte d’eau entre le « puits » et le robinet : nous arrosons le sous-sol !

* 8,09m3 d’eau par kilomètre et par jour perdus (indice linéaire de pertes)

* 288 881m3 perdus en totalité par an soit près de 289 millions de litres !

Toutes ces pertes sont pourtant facturées aux usagers.

  • Entre 2015 et 2016, le prix de l’eau a augmenté de 6% !

Monsieur Valletoux et Madame Nouhaud s’enferment dans le “laisser-faire”. Ils préfèrent s’en remettre à Véolia alors que cette entreprise n’assure pas le service public dans de bonnes conditions.

Avon Autrement réclame la tenue d’un débat public transparent et la réalisation d’une étude comparative des possibilités de distribution de l’eau potable dans notre agglomération.

Posté dans Eau

Hôpitaux du sud Seine-et-Marne : la gauche du Pays de Fontainebleau mobilisée

hopitaux sud 77

Par une décision du 1er juillet 2016, l’Agence régionale de Santé d’Ile-de-France a institué le Groupement Hospitalier de Territoire (GHT) Sud 77 entre les hôpitaux de Melun, Fontainebleau, Nemours et Montereau.

Le 11 juillet dernier, Monsieur Louis VOGEL, Président de la Communauté d’Agglomération Melun Val de Seine, également Maire de Melun, a fait adopter un vœu afin que le Centre hospitalier de Melun soit choisi comme établissement-support du GHT Sud 77.

L’établissement-support d’un GHT est chargé d’exercer certaines activités pour le compte des autres membres du GHT (systèmes d’information, fonction achats, coordination des instituts et écoles de formation paramédicale, ressources humaines des personnels du groupement…).

Il est déjà prévu que les hôpitaux de Fontainebleau, Montereau et Nemours fusionnent au 1er janvier 2017. Des suppressions de lits sont déjà actées (-52 lits à Fontainebleau).

La centralisation des activités administratives à Melun risque de menacer à terme l’existence même des 3 autres établissements.

Nous regrettons que la Communauté d’Agglomération de Melun Val de Seine n’ait pas le souci de garantir un équilibre territorial des soins.

La concurrence des territoires sanitaires que sont Melun/Sénart et Evry avec le Centre Hospitalier Sud Francilien ne doit pas se faire sur le dos des établissements de proximité de Fontainebleau, Montereau et Nemours.

Dimitri BANDINI et Roseline SARKISSIAN appellent les élus majoritaires de droite de la Communauté d’Agglomération de Melun et de la Communauté de communes du Pays de Fontainebleau au sens des responsabilités, à ne pas rentrer dans une logique de concurrence des territoires, mais au contraire à consolider les hôpitaux de proximité pour le bien-être des patients.

La Maire d’Avon préfère l’école privée au Centre de loisirs public

mains-alsh-dessinMadame Nouhaud, Maire d’Avon promettait “l’égalité des chances”. La réalité est pourtant bien différente.

Elle vient de décider l’ouverture d’une école privée “Montessori” hors contrat dans des locaux communaux occupés jusqu’à présent par le centre de loisirs dans la Vallée.

Cette école est avant tout réservée à des privilégiés. Quelles familles pourront en effet dépenser 500€ par mois et par enfant pour les scolariser ?

L’installation de cette école dans les locaux du centre de loisirs va profondément bousculer l’organisation du centre de loisirs. Les activités seront déplacées dans les groupes scolaires, sur leur lieu habituel de classe. Les enfants mangeront dans leur groupe scolaire et non plus tous ensemble. Il n’y aura donc plus de mixité inter-quartiers.

Les Conseils d’école et le Conseil consultatif de la vie scolaire (CCVS) n’ont même pas été consultés.

Quant au prix de la location des locaux de la ville par l’école privée, il est absolument dérisoire : 743,62€ par mois ! Nous pouvons légitimement nous interroger sur le fait que ce faible montant est assimilable à un subventionnement indirect de l’école privée.

BILAN : pour quelques familles privilégiées, ce sont tous les autres jeunes Avonnais qui sont lésés. Tandis que la Ville d’Avon ouvre les bras aux écoles privées hors contrat, les écoles et les services publics avonnais sont mis à la diète, avec par exemple la suppression des postes d’ATSEM dans nos maternelles.

Les élus d’Avon Autrement ont voté contre ce projet scandaleux et appellent les parents d’élèves à se mobiliser pour défendre des services publics de qualité pour tous les Avonnais.